Late night

December 4, 2008

Just back from an evening with a friend. Bad bad bad BAD Korean food up near Columbia– I had to complain and have my dish taken away, because the smell of it was making me queasy. I never make a fuss in restaurants, but this was really disgusting. Replaced with dolsot bibimbap. Rice + vegetable yumminess + an egg = great happiness. The evening was further redeemed by red bean ice cream and good conversation in the lounge of her dorm, to the strains of someone apparently giving a private piano concerto. Three hours of background music. It gave our maunderings on about life, the Meaning Of It All, and the necessity of winning the lottery because we hate being so relatively poor the feeling of participating in some indie movie, probably French due to the length and earnestness of the conversation. The effect was odd, but lovely.

People-watching was good today. This morning, a woman on the subways with a strangely small face and hands, clutching a green backpack with “KATTY!” scrawled across it in flourescent pink above the doodle of a a cat face. She sat quietly while on the bench waiting for our train to come, but the instant the subway doors closed, she started rapping, narrating the stories of all the passengers as they sat on the train. I tragically couldn’t hear all of mine, but there was something about “sitting there all proper” as I read. She kept on rapping as she walked out the door three stops later

Next came a sweet old man with a stutter and a facial tic selling pictures at a craft fair I went to with a friend during a lunch break. I bought a print; he confessed I was his first sale all day. Such a dear man.

There were other great encounters too. I’m just too tired to recall them. Correct spelling can be an issue. Bedtime for Bonzo. Ooh! Just heard drunk people in the street. Fun times.

Ah. Yes. And the word I like best today is bombastic. In its honour, I leave you this video:

Advertisements

This video, courtesy of Azis, the gay Bulgarian singer, and Desislava, the… err… blonde silicone Bulgarian singer, might just be the most amazing thing I’ve ever seen. I’m unsure which of them has bigger, faker lips. There’s writhing! And big bleached hair! And a gratuitous bondage scene! And a random needle! And an asthma inhaler! And suggestive caressing of champagne bottles! And… and… so much more!

Having Babies

May 17, 2007

so while you ve been talking about weddings, i’ve been reading about having babies (although i should actually be reading about china).

so apparently, some clinics promote sexual stimulation instead of painkillers when giving birth.
wtf(!) and whoa tmi.

From Courrier International:

Accoucher : une expérience orgasmique

Douloureux, l’accouchement ? Katrina Caslake, elle, a trouvé cela divin, voire orgasmique. “C’était une expérience très sensuelle”, commente cette sage-femme de Wallington, qui a mis au monde (sans péridurale) ses deux fils, aujourd’hui âgés de 17 et 18 ans. “Toutes mes zones érogènes étaient stimulées. Je poussais des cris très proches de ceux de l’orgasme. De fait, c’était un véritable orgasme. Je vivais la chose la plus féminine qui soit donnée de vivre à une femme et c’était fantastique.” Même souvenir pour Frederika Deera. “Cela m’a remplie d’une euphorie indescriptible”, se rappelle cette attachée de presse qui a donné le jour à sa fille Delphine il y a deux ans à l’hôpital de Portsmouth. “C’était le nirvana : on a dû me faire une suture très importante, mais ça ne m’a même pas gênée.”

C’est cette expérience “jouissive” qui a poussé Katrina Caslake à devenir sage-femme. “Je savais que je n’étais pas un cas isolé”, explique la praticienne, qui travaille aujourd’hui pour Yours Maternally, un service d’obstétrique indépendant. “En encourageant d’autres femmes à faire confiance à leur corps et à se détendre, je me suis dit que je pourrais les aider à vivre des accouchements moins douloureux, plus agréables.” Même approche au Birth Centre, dans le sud de Londres, où Nathalie Mottershead, sage-femme, encourage activement l’accouchement sensuel. “Si les couples sont d’accord, on pratique des massages des mamelons et du clitoris pour faire apparaître les contractions, favoriser l’ouverture du col et du vagin et contribuer à soulager la douleur.” Objectif : faire de l’accouchement un moment de plaisir, voire d’extase. “Nous travaillons en étroite collaboration avec les femmes pour qu’elles puissent accoucher à domicile. Si les futures mamans acceptent de se sentir sexy, le travail peut être agréable, indolore, et le plaisir peut aller crescendo jusqu’à la naissance proprement dite.” “Si la femme se sent suffisamment à l’aise pour accepter une stimulation des mamelons et du clitoris pendant l’accouchement, cela aide à lutter contre la douleur et ça facilite le travail”, confirme Andrya Prescott, porte-parole de l’Association des sages-femmes indépendantes. Un petit tour sur le site Internet de l’Organisation américaine pour les naissances non assistées confirme à quel point l’accouchement peut être érotique. Le site décrit en détail des fantasmes de femmes où romantisme et rapports sexuels se traduisent par des “vagues de plaisir” et des “orgasmes cosmiques” au moment de la naissance. Manifestement, les femmes qui grimpent aux rideaux lors de l’enfantement sont plus nombreuses qu’on ne le croit. Sur les 151 femmes interrogées par la sage-femme américaine Ina May Gaskin, 82 disent avoir vécu au moins un accouchement orgasmique. Certes il s’agissait de naissances à domicile et de femmes ouvertes à ce type d’expérience. Mais les avantages sont loin d’être négligeables : un seul et unique orgasme serait 22 fois plus puissant qu’un calmant moyen, et l’excitation sexuelle entraîne une ouverture très sensible du vagin.

“Les femmes y réfléchiraient peut-être à deux fois avant d’accepter une péridurale si elles sa­vaient tout ça, mais personne n’en parle”, déplore Ina May Gaskin, pionnière de l’accouchement naturel, qui fut la première à découvrir la possibilité de l’orgasme pendant la naissance.
Mais il y a un hic : comme toute activité sexuelle, l’intensité du plaisir dépend largement de l’état de relaxation, de confiance et de sécurité que ressent la femme. Or la majorité des parturientes redoutent l’“épreuve” de l’accouchement. Ces craintes se traduisent, avant même le début du travail, par des contractions musculaires et une hausse du taux d’adrénaline. “Le problème, c’est que cette hormone inhibe le désir sexuel et freine les contractions, souligne Andrya Prescott. On est plus tendu et plus sujet à la douleur. C’est pour ça que le travail et la naissance à l’hôpital peuvent être mal vécus. Entourées d’étrangers, les femmes ont un taux d’adrénaline élevé. Dans ce cas, même si elles sont a priori partantes pour une stimulation sexuelle, elles peuvent aussi bien faire une croix dessus.”

Aujourd’hui encore, le sujet est tabou. “Beaucoup de femmes ont peur d’être considérées comme perverses ou anormales si elles admettent avoir des sensations sexuelles pendant l’accouchement”, souligne Carolyn Cowan, professeur de yoga. “Je donne des cours de danse érotique pour femmes enceintes, pour essayer de les débarrasser de ces inhibitions. J’ai deux ou trois trucs à leur apprendre – il a fallu que j’accouche de mon fils pour trouver mon point G.” L’excitation sexuelle provoque la sécrétion d’ocytocine, une hormone qui favorise l’affection et l’attachement, à l’origine des contractions utérines dans l’accouchement et dans l’orgasme. Il s’agit par ailleurs d’une endorphine : elle génère du plaisir tout en étant un puissant analgésique. Dans l’accouchement sensuel, le nourrisson n’est pas en reste. Inondé d’hormones du bien-être, il aura plus de chances de venir au monde heureux et détendu.

Ooh, baby.

April 25, 2007

We thought the Abstinence Club was bad. What happens when someone suffering from post-traumatic stress disorder goes environ-mental? “Voluntary Extinction of Humanity Movement“. The basic premise is that we should all get sterilized or use contraception all the time to save the planet… from ourselves. Read: “Live long and die out” and have lots of hippie sex in the meantime, cause life isn’t all “gloom and doom” after all. Punch line: founder’s name is Les U. Knight. Crazy, but funny nonetheless, because utterly harmless. But only because utterly harmless.

I had dinner last night with four people (a senior, a junior, a sophomore and a freshman) who didn’t know where Charles Street was… or numerous landmarks around it! Aïe aïe aïe…

But the senior did know what 420 meant. And had taught himself to beatbox online. And had a special talent for balloon-making and baking.

And the junior’s dad made beer in his basement. Great gifts, smelly house.